Un forum de rp Yuri dans un monde de science-fiction avec des hybrides. NC-18.
 

Changer les perspectives | Feat. Arantxa Décados
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Letto
avatar
Admin
Messages : 12
Date d'inscription : 03/07/2018
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Changer les perspectives | Feat. Arantxa Décados
Elle était parfaitement concentrée. Lorsqu'elle était sur le terrain d’entraînement, elle n'avait plus aucune considération pour les rangs de maître et d'esclave. Lorsqu'elle était sur le terrain d’entraînement, elle ne suivait qu'un seul ordre. Devient meilleure. Son regard était vissé à celui de son adversaire, une jeune femme à la peau basanée bien décidée à prouver qu'elle valait mieux qu'une simple hybride, dusse-t-elle entraînée par le Matriarcat elle-même. Une jeune femme qui venait d'en intégrer les rangs et qui voulait prouver qu'elle en était digne en tabassant une esclave.

Mais ce n'était pas à Letto de juger. Pour elle, ce n'était qu'un entraînement de plus.

La fille souriait, mais Letto était parfaitement sérieuse. Elle n'était pas du genre à réagir aux provocations, son attention totalement focalisée sur ce qu'elle percevait de son adversaire. La tension de ses muscles, les infimes mouvements de ses iris lavande... Elle capta précisément le moment où la machine se mit en branle, où le corps bondit vers elle, où le poing jaillit et la cible qui était visée. Le regard de son adversaire l'avait trahie au dernier moment.
L'hybride se décala de quelques centimètres, et le poing la frôla. Sa propre dextre se resserra autour du poignet de son assaillante, et d'une souple rotation propulsa le corps au sol. L'humaine percuta les tatamis dans un bruit sourd, et Letto ne mis pas une seconde de plus à poser sa main libre sur les omoplates ainsi exposées, tirant le bras qu'elle avait saisi vers l'arrière. Si elle l'avait relevé d'encore un centimètre de plus, elle lui aurait déboîté l'épaule.

« C'est terminé, Letto. Lâches-là. »

Obéissante, la minette ne tarda pas à lâcher l'emprise qu'elle avait sur celle qui avait voulu ce duel. Elle recula de quelques pas, croisant les bras dans son dos, le regard posé sur la basanée qui se relevant avec une grimace. Elle la dépassait d'une bonne tête et demie.

L'humaine se massait l'épaule, visiblement... Vexée. Elle n'en revenait sans doute pas d'avoir été battue à plate couture par une esclave. Letto avait l'habitude, elles étaient nombreuses à réagir comme cela... Mais c'était son devoir, on l'avait formée, entraînée pour qu'il en soit ainsi. Ce n'était qu'en s'améliorant qu'elle viendrait en aide à ses maîtresses, qu'elle leur faciliterait la victoire sur les Mazones.

« Tss... Foutue hybride... Qu'est-ce qu'elle fiche là d'abord ?
- Elle est utile. »

Entendant ces mots, la jeune esclave se sentit emplie de fierté. Elle savait qu'elle était particulière pour une hybride à cause de son don, et qu'elle était probablement la seule à avoir été réellement entraînée à se battre pour le Matriarcat, et il arrivait souvent que les humaines soient dérangés par sa présence.. Raison pour laquelle elle mettait un point d'honneur à toujours rester obéissante et respectueuse.

« Bref. Letto, va te débarbouiller et enfile quelque chose de propre. »

L'hybride hocha brièvement la tête avant de filer vers les vestiaires pour se rincer le visage et se changer. Elle avait senti la nervosité dans la voix de la capitaine d'escouade, et elle se demandait bien à quoi elle était due, d'autant que tout avait été parfaitement normal pendant la matinée... Il s'était passé quelque chose pendant la pause midi ? Letto n'en avait aucune idée, et elle ne pouvais qu'attendre de voir...
Voir le profil de l'utilisateur
Arantxa Décados
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 04/07/2018
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Changer les perspectives | Feat. Arantxa Décados

Pactiser avec le Malin pour le bien de tous.

Le général s'en souvenait comme si c'était hier. Ses yeux se posant sur la ligne d'horizon, Arantxa ne put qu'admirer le ciel qui était de beau fixe, ainsi que l'astre radieux déversant ses lumières à ceux qui en avait besoin. C'était pour elle une bonne après-midi pour bafouer l'amour propre du Matriarcat. Enfin, bafouer, user des techniques de l'ennemi contre ces derniers. Après tout, son corps se souvenait encore de l'affreuse expérience. Quand elle a appris que l'Humanité pouvait aussi être en cage. Que l'Humanité pouvait fléchir, voir même être brisé.

Le sien était proche de cet état, mais le choc reçu à l'époque fut assez important pour en revenir à ses usages habituels. Celle qui juge. Celle qui regarde. Celle qui impose. A ce moment où tout revenait en elle, ce fut comme un second souffle. Cette pensée força d’ailleurs la Baronne du présent à inspirer fortement, puis soupirer de nouveau l'air lourdement emmagasiné.

Se relevant lentement de sa chaise, la Baronne déposa sa tasse de thé sur le bureau de façon sèche, versant presque quelques gouttes de ce succulent breuvage sur les rapports holographiques devant ses yeux. Un léger rictus s'en échappa, alors qu'elle se penchait lentement en direction d'un petit cube noir. Appuyant lentement, il fallut qu'elle susurre un nom pour que la boîte noire se fragmente, laissant ainsi un nouveau faisceau de lumière bleue se former petit à petit, affichant une mine des plus familière, jouant à ce qu'il semblait être un jeu du bas peuple. Des mots fléchés, selon ses souvenirs.

ARANTXA - " FRANCINE ! " Gronda la voix de la Baronne, ce qui eut pour effet de surprendre son interlocutrice. Cette dernière s'écrasa lourdement dans un fracas qui ne faisait aucun doute quand à l'origine. " Contactez la capitaine d'escouade de l'hybride K-9 Béta. Dites loui que le Général Décados vient faire oune visite de contrôle. Si ce n'est pas fait dans la minoute et que ye m'en rend compte, ce sera retenou sour ton salaire !" La basanée jugeait l'hologramme face à elle de sa secrétaire personnelle se relevant, une petite jeunette dispersée dont elle savait que son efficacité méritait qu'elle sacrifie sa salive à l'enguirlander.

FRANCINE - " Ou-Oui Général ! " Disait-elle alors qu'elle réajustait sa chevelure blonde, avant de se rasseoir et de se mettre à rechercher le dossier en question. " Ils sont actuellement dans la salle d'entraînement 3, mon général. " La Baronne se contenta d'acquiescer, puis appuie de nouveau sur le cube noir afin qu'il se rétracte, coupant court à la conversation.

Soupirant lourdement sur le comportement inappliqué de sa secrétaire personnelle, elle secoua lentement sa tête de gauche à droite. Que voulez-vous faire ? On ne choisit pas par le comportement de l'individu ici, mais par son efficacité. Et elle savait qu'elle pouvait lui faire confiance là-dessus. Se retournant en direction d'une vitrine, elle dépose sa main droite sur le détecteur d'empreinte palmaire rattaché. Une voix robotique féminine déclara la reconnaissance réussie et ouvrit cette dernière. Se saisissant du bien précieux qui y contenait, elle le déposa sur ses épaules. Ainsi se posa le long manteau noir de générale des forces internes, avec ses insignes lui démontrant le grade qu'elle possède et ses prouesse techniques. Celle qu'elle appréciait est la fameuse médaille qu'elle a obtenu de la section "Geronimo" des groupes d'intervention, preuve qu'elle n'a pas hésité à mettre en péril sa vie pour des missions quasiment suicidaire. Celui-ci prônait fièrement à côté de son insigne de général.

Se retournant ensuite à son bureau, elle posait un instant ses yeux sur l'hybride en question, souriant grandement. Cette petite gâche son talent en allant à l'extérieur, elle le savait. Et tant pis si sa collègue se sentait l'herbe se faucher sous ses pieds, elle avait enfin son autorisation. La chef de famille se contenta de hocher doucement la tête de satisfaction, avant de demander l'extinction du dossier et de la table holographique. Se retournant ensuite, elle avança d'un pas sûr vers la porte qui s'ouvrit à son passage, puis se referma. Fermant doucement ses paupières, la Baronne s'en allait prendre l'ascenseur avec un pas léger, aérien. Elle était satisfaite du résultat. Se glissant dans l'élévateur humain, elle tapa les références de l'étage et de la salle, l'ascenseur embarqua une Baronne guillerette quand à l'idée d'exposer la bonne nouvelle à des cloportes qui n'en voyaient sûrement aucunement le bout.

Glissant une main dans une de ses poches, elle en ressortit un genre de petit bracelet d’un métal couleur argenté. Serrant lentement l’objet, la Baronne retourna ce bracelet, montrant que c’était en réalité un objet digne des plus grandes antiquités du monde humain : Une montre à cadran marchant par la magie mécanique. Sauf que le verre était brisé. Plus aucun tic-tac en ressortait de l’ancienne mécanique. Ses aiguilles ne bougeaient plus plus non plus, fixant encore et toujours de ses aiguilles le chiffre premier. Secouant lentement l’objet, le Général se contentait de ranger à nouveau cet objet sentimental.

Cet objet brisé serait une représentation assez fidèle d’une plaie ouverte. En la regardant, elle prennait toujours cette sombre mine qui agitait ses démons intérieurs. Ces derniers s’agrippèrent alors à son corps telle la masse intangible qu’ils sont, tentent de glisser des mots d’un réconfort discutable avant d’ordonner litérallement la libération des instincts les plus primaires. Néanmoins, elle n’avait plus les larmes pour pleurer, ni le cri pour exprimer sa détresse. Ne restait que l’aiguille se figeant dans le temps. Et il ne restait qu’une chose à faire à ce moment-là.

Attendre et espérer

Mais elle n'en pouvait plus d'attendre. Chaque minute, chaque seconde diluait son espoir à néant. Fermant ses paupières, elle secoua lentement la tête de gauche à droite afin de chasser ces idées en tête, prenant un air sérieux. Rouvrant les yeux une fois cette cage métallique à l'arrêt, elle se disait qu'elle allait devoir pactiser avec ses sombres désirs pour la postérité de l'humanité. User des mêmes bassesses que ces sauvageonnes sans scrupules.

User des leurs stratagèmes d'assimilation de stratégie et d'adaptation. C'est pour cela que le dossier K-9 était important pour elle. Et c'est en passant un pas en dehors de l'ascenseur qu'elle fixait avec attention tous les petits éléments qui pouvait être discuté, mais sans succès. Ces recrues prennent trop soin des couloirs aujourd'hui. Ses bottes claquant le sol dans un cliniquement métallique reconnaissable pour l'habitué de Niké, l'ancienne combattante s'avançait comme une reine dans les couloirs, dévisageant chaque garde qu'elle croisait, qui se contentèrent tous de se mettre au garde à vous et de saluer la Baronne comme il se fallait. Arantxa se contenta de hocher la tête à chaque fois, avant que deux soldats gardant la salle d'entraînement 3 ouvrirent la porte. Saluant ces derniers d'un hochement de tête, elle franchit à nouveau un seuil. Le corps droit, le regard autoritaire et sévère, la Baronne rentra fièrement dans la salle d'entraînement.

Son regard se balaya entre les recrues puis différents endroits de la pièce équipée, elle ne faisait plus que attendre et espérer que la Capitaine d'escouade a eu son message et vienne l'accueillir. Sinon, elle connaissait une tire-au-flanc qui allait se faire de nouveau sermonner.
Voir le profil de l'utilisateur
Letto
avatar
Admin
Messages : 12
Date d'inscription : 03/07/2018
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Changer les perspectives | Feat. Arantxa Décados
Il ne lui fallut que quelques minutes pour se débarbouiller et se changer. Lorsqu'elle ressortit, le dernier combat d’entraînement prenait fin et les deux soldates filaient à leur tour pour se mettre au propre. Les autres étaient déjà en train de se mettre en rang sous la houlette autoritaire de la chef d'escouade, à laquelle il fallut quelques secondes pour se rendre compte que Letto était sortie des vestiaires.

« Et bien, tu attends quoi ? Va à ta place ! »

A sa place hein... L'esclave prit donc son rang, à l'écart de l'escouade, en retrait, là où elle ne serait pas visible s'il y avait une photo à prendre. Malgré sa taille, elle s’efforça de se faire toute petite, de se fondre dans le paysage et de se faire oublier, comme on l'attendait d'elle. Tout les signes indiquaient un contrôle surprise. L'avertissement à la dernière minute, la nervosité de la chef d'escouade...

Il s'avéra que l'hybride connaissait la femme qui franchit le seuil de la salle d’entraînement.

Pas en tant que "général des forces internes", ni en tant que "Baronne Décados". Elle avait bien entendu déjà entendu ces titres, mais elle n'avait jamais vu en contexte le visage qui y était lié. Non, ce visage, elle s'en souvenait pour d'autres raisons.

Tandis que les soldates, elle comprise, se mettaient au garde à vous et que la chef d'escouade accueillait cette visiteuse surprise, l'hybride laissa remonter les souvenirs de cette époque... Celle de ses premières missions.

Il était rare que l'on monte une expédition de sauvetage. Bien souvent, on ne prenait pas la peine d'aller chercher les soldates capturées par les Mazones. Mais celle-ci était spéciale. Letto se souvenait que leur cible avait un pouvoir, comme elle. Elle avait fait parti de l'unité d'extradition. Elles avaient appliqué la méthode habituelle : Elle s'était habillée de haillons, l'une des soldates avaient tracés plusieurs blessures sur elle au couteau, et elle était parti en boitant entre les arbres comme un animal aux abois.
Il n'avait pas fallu longtemps pour qu'un groupe de Mazonene tombe sur elle et ne décide de la secourir. Letto avait toujours eu l'imagination fertile... Elle savait raconter les histoires. Elle leur en avait servi une bonne, et ces sauvages y avait cru. Elles l'avaient recueilli, avaient pansées ses plaies, et pendant ce temps, Letto avait relevé autant d'informations que possible. La position de la tente de la chef, mais aussi celle qui abritait les prisonniers.
En remerciement de leur "aide", les Mazones avaient vu leur chef morte à la nuit tombée. Letto avait bien fait son travail. puis ça avait été un carnage. Le Matriarcat avait fondu sur le campement désorganisé et avait abattus ses membres, et la prisonnière avait été récupéré.

Letto se souvenait parfaitement de son visage à ce moment-là. La rescapée était détruite, ses yeux étaient vides de tout espoir, elle était hagarde... Elle ne semblait pas croire en ce qu'elle voyait. On lui avait ordonné de rester à l'écart pour ne pas l'effrayer, et elle avait obéi.
Elle ne l'avait plus revue depuis, mais son visage était resté gravé sur sa rétine : Grande, basanée, une chevelure argentée d'une certaine longueur, et des yeux aux iris sanglantes... Si elle retrouvait tous ces traits chez la visiteuse altière qui venait de franchir les portes de la salle d’entraînement, son attitude avait radicalement changé. Elle s'était reconstruite.

Quelque part, Letto s'en sentait heureuse. Ce n'était pas souvent qu'elle voyait le résultat de ses missions... Là, elle en avait un concret sous les yeux, et elle était fière d'avoir permis à cette femme de reprendre sa vie en main.

Toutes ces réflexions avaient traversé l'esprit de l'esclave en une fraction de seconde.

« Mesdames, laissez-moi vous présenter Madame Arantxa Décados, général des forces de sécurité interne d'Hypéria. »

Suivant le mouvement, Letto s'inclina, plus profondément encore que les autres, avec déférence. Elle leva ensuite à peine les yeux pour mieux se faire une idée du personnage qu'était à présent Arantxa Décados.

Elle était toujours grande, et elle était belle. Il se dégageait d'elle une assurance presque palpable, et on pouvait sentir, sous chacun des plis de son visage, dans chacune des raideurs de ses muscles, qu'elle était forte. Et pas seulement physiquement. Ses médailles, ses fiertés, brillaient sur son costume, accrochant brièvement le regard de l'hybride. Oui, elle s'en était bien sortie depuis son sauvetage.

« Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire pour vous, général ? »
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Re: Changer les perspectives | Feat. Arantxa Décados
Changer les perspectives | Feat. Arantxa Décados
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Changer de métier sans rien perdre, désormais possible !
» Changer l'enseigne
» changer l'adresse 192.168.0.1 ?
» Script pour changer le status Skype avec Mirror
» dofus va changer nerf fm exos, nerfs vulnés , nerf énis pa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NeHo-69 :: Niké-